Guy de

Maupassant

Le Rosier de Madame Husson

Madame Husson’s Rosier

Alignment and Amendments © Doppeltext 2012

TITLE PAGE

LE ROSIER DE MADAME HUSSON

COLOPHON

Nous venions de pas­ser Gi­sors, où je m’étais ré­veillé en en­ten­dant le nom de la ville crié par les em­ployés,
et j’al­lais m’as­sou­pir de nou­veau, quand une se­cousse épou­van­table me jeta sur la grosse dame qui me fai­sait vis-à-vis.
Une roue s’était bri­sée à la ma­chine qui gi­sait en tra­vers de la voie.
Le ten­der et le wa­gon de ba­gages, dé­raillés aus­si, s’étaient cou­chés à côté de cette mou­rante qui râ­lait, gei­gnait, sif­flait, souf­flait,
cra­chait, res­sem­blait à ces che­vaux tom­bés dans la rue, dont le flanc bat, dont la poi­trine pal­pite,
dont les na­seaux fument et dont tout le corps fris­sonne, mais qui ne paraissent plus ca­pables du moindre ef­fort pour se rele­ver et se re­mettre à marcher.
Il n’y avait ni morts ni bles­sés, quelques contu­sion­nés seule­ment, car le train n’avait pas en­core re­pris son élan,
et nous re­gar­dions, dé­so­lés, la grosse bête de fer estro­piée, qui ne pour­rait plus nous traî­ner et qui bar­rait la route
pour long­temps peut-être, car il fau­drait sans doute faire venir de Pa­ris un train de se­cours.
Il était alors dix heures du ma­tin, et je me déci­dai tout de suite à re­ga­gner Gi­sors pour y dé­jeu­ner.
Tout en marc­hant sur la voie, je me di­sais:
«Gi­sors, Gi­sors, mais je connais quel­qu’un ici.
Qui donc? Gi­sors? Voyons, j’ai un ami dans cette ville» Un nom sou­dain jaillit dans mon souvenir: «Al­bert Ma­ram­bot.»
C’était un an­cien cama­rade de col­lège, que je n’avais pas vu de­puis douze ans au moins, et qui exer­çait à Gi­sors la pro­fes­sion de méde­cin.
Sou­vent il m’avait écrit pour m’in­vi­ter; j’avais tou­jours pro­mis, sans tenir. Cette fois en­fin je pro­fi­te­rais de l’oc­ca­sion.
Je de­man­dai au pre­mier pas­sant:
«Sa­vez-vous où de­meure M. le docteur Ma­ram­bot?»
Il ré­pon­dit sans hé­si­ter, avec l’ac­cent traî­nard des Nor­mands:
«Rue Dau­phine.»
J’aper­çus en ef­fet, sur la porte de la mai­son indi­quée, une grande plaque de cuivre où était gra­vé le nom de mon an­cien cama­rade.
Je son­nai; mais la ser­vante, une fille à che­veux jaunes, aux gestes lents, ré­pé­tait d’un air stu­pide:
«I y est paas, i y est paas.»
J’en­ten­dais un bruit de four­chettes et de verres, et je criai:
«Hé! Ma­ram­bot.»
Une porte s’ou­vrit, et un gros homme à fa­vo­ris pa­rut, l’air mécon­tent, une ser­viette à la main.
Certes, je ne l’au­rais pas re­con­nu. On lui au­rait don­né qua­rante-cinq ans au moins, et, en une se­conde,
toute la vie de pro­vince m’appa­rut, qui alour­dit, épais­sit et vieillit.
Dans un seul élan de ma pen­sée, plus ra­pide que mon geste pour lui tendre la main,
je connus son existence, sa manière d’être, son genre d’es­prit et ses théo­ries sur le monde.
Je de­vi­nai les longs re­pas qui avaient ar­ron­di son ventre, les som­no­lences après dî­ner, dans la tor­peur d’une lourde di­gestion ar­ro­sée de co­gnac,
et les vagues re­gards je­tés sur les malades avec la pen­sée de la poule rô­tie qui tourne de­vant le feu.
Ses conver­sa­tions sur la cui­sine, sur le cidre, l’eau-de-vie et le vin, sur la manière de cuire cer­tains plats
et de bien lier cer­taines sauces me furent ré­vélées, rien qu’en aper­ce­vant l’em­pâ­te­ment rouge de ses joues, la lour­deur de ses lèvres, l’éclat morne de ses yeux.
Je lui dis: «Tu ne me re­con­nais pas. Je suis Raoul Au­ber­tin.»
Il ou­vrit les bras et faillit m’étouf­fer, et sa pre­mière phrase fut celle-ci:
— Tu n’as pas dé­jeu­né, au moins?
— Non.
— Quelle chance! je me mets à table et j’ai une ex­cel­lente truite.
Cinq mi­nutes plus tard je dé­jeu­nais en face de lui.
Je lui de­man­dai:
— Tu es res­té gar­çon!
— Par­bleu!
— Et tu t’amuses ici?
— Je ne m’en­nuie pas, je m’oc­cupe. J’ai des malades, des amis. Je mange bien, je me porte bien, j’aime à rire et chas­ser. Ça va.
— La vie n’est pas trop mono­tone dans cette pe­tite ville?
— Non, mon cher, quand on sait s’oc­cu­per. Une pe­tite ville, en somme, c’est comme une grande.
Les événe­ments et les plai­sirs y sont moins va­riés, mais on leur prête plus d’impor­tance;
les re­la­tions y sont moins nom­breuses, mais on se ren­contre plus sou­vent.
Quand on connaît toutes les fe­nêtres d’une rue, cha­cune d’elles vous oc­cupe et vous in­trigue da­van­tage qu’une rue en­tière à Pa­ris.
C’est très amu­sant, une pe­tite ville, tu sais, très amu­sant, très amu­sant.
Tiens, celle-ci, Gi­sors, je la connais sur le bout du doigt de­puis son ori­gine jus­qu’à au­jourd’hui.
Tu n’as pas idée comme son histoire est drôle.
— Tu es de Gi­sors?
— Moi? Non. Je suis de Gour­nay, sa voi­sine et sa rivale. Gour­nay est à Gi­sors ce que Lu­cullus était à Ci­cé­ron.
Ici, tout est pour la gloire, on dit: «les or­gueilleux de Gi­sors». A Gour­nay, tout est pour le ventre, on dit: «les mâ­queux de Gour­nay».
Gi­sors mé­prise Gour­nay, mais Gour­nay rit de Gi­sors. C’est très co­mique, ce pays-ci.

Guy de Maupassant
Le Rosier de Madame Husson / Madame Husson’s Rosier
Bilingual Edition

This is an enhanced ebook. Click or tap on the text to display the translation.

Both the original work and the translation are in the public domain. All rights for the aligned bilingual editions and for the amended translations are owned by Doppeltext.

We offer many other innovative bilingual titles. Visit www.doppeltext.com to learn more.

We welcome your feedback and questions.

Doppeltext
Igor Kogan & Tatiana Zelenska
Karwendelstr. 25
81369 Munich
Germany
+49-89-76 75 55 34
www.doppeltext.com
info@doppeltext.com