Guy de

Maupassant

Mademoiselle Fifi

Alignment and Amendments © Doppeltext 2012

TITLE PAGE

MADEMOISELLE FIFI

COLOPHON

Le ma­jor, com­man­dant prus­sien, comte de Farls­berg, ache­vait de lire son cour­rier, le dos au fond d’un grand fau­teuil de ta­pis­se­rie
et ses pieds bot­tés sur le marbre élé­gant de la che­mi­née, où ses épe­rons, de­puis trois mois qu’il oc­cu­pait le châ­teau d’Uville,
avaient tra­cé deux trous pro­fonds, fouillés un peu plus tous les jours.
Une tasse de café fu­mait sur un gué­ri­don de mar­que­te­rie ma­cu­lé par les li­queurs, brû­lé par les ci­gares, en­taillé par le canif de l’of­fi­cier conqué­rant
qui, par­fois, s’ar­rê­tant d’ai­gui­ser un crayon, tra­çait sur le meuble gra­cieux des chiffres ou des des­sins, à la fan­tai­sie de son rêve non­chalant.
Quand il eut ache­vé ses lettres et par­cou­ru les jour­naux al­le­mands que son va­gue­mestre ve­nait de lui ap­por­ter,
il se leva, et, après avoir jeté au feu trois ou quatre énormes mor­ceaux de bois vert,
car ces mes­sieurs abat­taient peu à peu le parc pour se chauf­fer, il s’ap­pro­cha de la fe­nêtre.
La pluie tom­bait à flots, une pluie nor­mande qu’on au­rait dit je­tée par une main fu­rieuse,
une pluie en biais, épaisse comme un ri­deau, for­mant une sorte de mur à raies ob­liques, une pluie cin­glante,
écla­bous­sante, noyant tout, une vraie pluie des en­vi­rons de Rouen, ce pot de chambre de la France.
L’of­fi­cier re­gar­da long­temps les pe­louses inon­dées, et, là-bas, l’An­delle gon­flée qui dé­bor­dait;
et il tam­bou­ri­nait contre la vitre une valse du Rhin, quand un bruit le fit se re­tour­ner:
c’était son se­cond, le ba­ron de Kel­weing­stein, ayant le grade équivalent à ce­lui de capi­taine.
Le ma­jor était un géant, large d’épaules, orné d’une longue barbe en éven­tail for­mant nappe sur sa poi­trine;
et toute sa grande per­sonne so­len­nelle éveillait l’idée d’un paon mi­li­taire, un paon qui au­rait por­té sa queue dé­ployée à son men­ton.
Il avait des yeux bleus, froids et doux, une joue fen­due d’un coup de sabre dans la guerre d’Au­triche;
et on le di­sait brave homme au­tant que brave of­fi­cier.
Le capi­taine, un pe­tit rou­geaud à gros ventre, san­glé de force, por­tait presque ras son poil ar­dent,
dont les fils de feu au­raient fait croire, quand ils se trou­vaient sous cer­tains re­flets, sa fi­gure frot­tée de phosphore.
Deux dents per­dues dans une nuit de noce, sans qu’il se rap­pe­lât au juste com­ment,
lui fai­saient cra­cher des pa­roles épaisses qu’on n’en­ten­dait pas tou­jours;
et il était chauve du sommet du crâne seule­ment, ton­suré comme un moine,
avec une toi­son de pe­tits che­veux fri­sés, do­rés et lui­sants, au­tour de ce cer­ceau de chair nue.
Le com­man­dant lui ser­ra la main, et il avala d’un trait sa tasse de café (la sixième de­puis le ma­tin),
en écou­tant le rap­port de son su­bor­don­né sur les incidents sur­ve­nus dans le ser­vice;
puis tous deux se rap­pro­chèrent de la fe­nêtre en dé­cla­rant que ce n’était pas gai.
Le ma­jor, homme tran­quille, ma­rié chez lui, s’ac­com­mo­dait de tout;
mais le ba­ron capi­taine, vi­veur te­nace, cou­reur de bouges, for­ce­né trous­seur de filles,
ra­geait d’être en­fer­mé de­puis trois mois dans la chaste­té ob­li­ga­toire de ce poste per­du.
Comme on grat­tait à la porte, le com­man­dant cria d’ou­vrir, et un homme, un de leurs sol­dats au­to­mates,
appa­rut dans l’ou­ver­ture, di­sant par sa seule pré­sence que le dé­jeu­ner était prêt.
Dans la salle ils trou­vèrent les trois of­fi­ciers de moindre grade: un lieu­te­nant, Otto de Gross­ling;
deux sous-lieu­te­nants, Fritz Scheu­nau­bourg et le mar­quis Wil­hem d’Ey­rik, un tout pe­tit blon­din
fier et bru­tal avec les hommes, dur aux vain­cus, et violent comme une arme à feu.
De­puis son ent­rée en France, ses cama­rades ne l’ap­pe­laient plus que Mlle Fifi.
Ce sur­nom lui ve­nait de sa tour­nure co­quette, de sa taille fine qu’on au­rait dit te­nue en un cor­set,
de sa fi­gure pâle où sa nais­sante moustache appa­rais­sait à peine, et aus­si de l’ha­bi­tude qu’il avait prise,
pour ex­primer son souve­rain mé­pris des êtres et des choses, d’em­ployer à tout mo­ment la lo­cu­tion fran­çaise —
fi, fi donc, qu’il pro­non­çait avec un lé­ger sif­fle­ment.
La salle à man­ger du châ­teau d’Uville était une longue et royale pièce dont les glaces de cristal an­cien, étoi­lées de balles,
et les hautes ta­pis­se­ries des Flandres, tailla­dées à coups de sabre et pen­dantes par en­droits,
di­saient les oc­cu­pa­tions de Mlle Fifi, en ses heures de désœuvrement.
Sur les murs, trois por­traits de fa­mille, un guer­rier vêtu de fer, un car­di­nal et un pré­sident, fu­maient de longues pipes de por­ce­laine,
tan­dis qu’en son cadre dé­do­ré par les ans, une noble dame à poi­trine ser­rée montrait d’un air ar­ro­gant une énorme paire de moustaches faite au char­bon.
Et le dé­jeu­ner des of­fi­ciers s’écou­la presque en si­lence dans cette pièce mu­ti­lée, as­som­brie par l’averse,
at­tristante par son aspect vain­cu, et dont le vieux par­quet de chêne était de­ve­nu so­lide comme un sol de ca­ba­ret.
A l’heure du ta­bac, quand ils commen­cèrent à boire, ayant fini de man­ger, ils se mirent, de même que chaque jour, à par­ler de leur en­nui.
Les bou­teilles de co­gnac et de li­queurs pas­saient de main en main; et tous, ren­ver­sés sur leurs chaises, ab­sor­baient à pe­tits coups ré­pé­tés,
en gar­dant au coin de la bouche le long tuyau cour­bé que termi­nait l’œuf de faïence, tou­jours pein­tur­lu­ré comme pour sé­duire des Hot­ten­tots.
Dès que leur verre était vide, ils le rem­plis­saient avec un geste de las­si­tude ré­si­gnée.
Mais Mlle Fifi cas­sait à tout mo­ment le sien, et un sol­dat im­mé­dia­te­ment lui en pré­sen­tait un autre.
Un brouillard de fu­mée âcre les noyait, et ils sem­blaient s’en­fon­cer dans une ivresse en­dormie et triste,
dans cette saou­le­rie morne des gens qui n’ont rien à faire.
Mais le ba­ron, sou­dain, se re­dres­sa. Une ré­volte le se­couait; il jura: «Nom de Dieu, ça ne peut pas du­rer, il faut in­ven­ter quelque chose à la fin.»
En­semble le lieu­te­nant Otto et le sous-lieu­te­nant Fritz, deux Al­le­mands doués éminem­ment de phy­sio­no­mies al­le­mandes lourdes et graves, ré­pon­dirent: «Quoi, mon capi­taine?»
Il ré­flé­chit quelques se­condes, puis re­prit: «Quoi? Eh bien, il faut or­gani­ser une fête, si le com­man­dant le permet.»
Le ma­jor quit­ta sa pipe: «Quelle fête, capi­taine?»
Le ba­ron s’ap­pro­cha: «Je me charge de tout, mon com­man­dant.
J’en­ver­rai à Rouen Le De­voir, qui nous ra­mè­ne­ra des dames; je sais où les prendre.
On pré­pa­re­ra ici un sou­per; rien ne manque d’ailleurs, et, au moins, nous pas­se­rons une bonne soi­rée.»

Guy de Maupassant
Mademoiselle Fifi
Bilingual Edition

This is an enhanced ebook. Click or tap on the text to display the translation.

Both the original work and the translation are in the public domain. All rights for the aligned bilingual editions and for the amended translations are owned by Doppeltext.

We offer many other innovative bilingual titles. Visit www.doppeltext.com to learn more.

We welcome your feedback and questions.

Doppeltext
Igor Kogan & Tatiana Zelenska
Karwendelstr. 25
81369 Munich
Germany
+49-89-76 75 55 34
www.doppeltext.com
info@doppeltext.com