Victor

Hugo

Notre-Dame de Paris

Translated by Isabel F. Hapgood
Alignment and Amendments © Doppeltext 2012

TITLE PAGE

PRÉFACE

LIVRE PREMIER

I — LA GRAND’SALLE

II — PIERRE GRINGOIRE

III — MONSIEUR LE CARDINAL

IV — MAÎTRE JACQUES COPPENOLE

V — QUASIMODO

VI — LA ESMERALDA

LIVRE DEUXIÈME

I — DE CHARYBDE EN SCYLLA

II — LA PLACE DE GRÈVE

III — «BESOS PARA GOLPES»

IV — LES INCONVÉNIENTS DE SUIVRE UNE JOLIE FEMME LE SOIR DANS LES RUES

V — SUITE DES INCONVÉNIENTS

VI — LA CRUCHE CASSÉE

VII — UNE NUIT DE NOCES

LIVRE TROISIÈME

I — NOTRE-DAME

II — PARIS À VOL D’OISEAU

LIVRE QUATRIÈME

I — LES BONNES ÂMES

II — CLAUDE FROLLO

III — «IMMANIS PECORIS CUSTOS IMMANIOR IPSE»

IV — LE CHIEN ET SON MAÎTRE

V — SUITE DE CLAUDE FROLLO

VI — IMPOPULARITÉ

LIVRE CINQUIÈME

I — «ABBAS BEATI MARTINI»

II — CECI TUERA CELA

LIVRE SIXIÈME

I — COUP D’ŒIL IMPARTIAL SUR L’ANCIENNE MAGISTRATURE

II — LE TROU AUX RATS

III — HISTOIRE D’UNE GALETTE AU LEVAIN DE MAÏS

IV — UNE LARME POUR UNE GOUTTE D’EAU

V — FIN DE L’HISTOIRE DE LA GALETTE

LIVRE SEPTIÈME

I — DU DANGER DE CONFIER SON SECRET À UNE CHÈVRE

II — QU’UN PRÊTRE ET UN PHILOSOPHE SONT DEUX

III — LES CLOCHES

IV — ἈΝΆΓΚΗ

V — LES DEUX HOMMES VÊTUS DE NOIR

VI — EFFET QUE PEUVENT PRODUIRE SEPT JURONS EN PLEIN AIR

VII — LE MOINE BOURRU

VIII — UTILITÉ DES FENÊTRES QUI DONNENT SUR LA RIVIÈRE

LIVRE HUITIÈME

I — L’ÉCU CHANGÉ EN FEUILLE SÈCHE

II — SUITE DE L’ÉCU CHANGÉ EN FEUILLE SÈCHE

III — FIN DE L’ÉCU CHANGÉ EN FEUILLE SÈCHE

IV — «LASCIATE OGNI SPERANZA»

V — LA MÈRE

VI — TROIS CŒURS D’HOMME FAITS DIFFÉREMMENT

LIVRE NEUVIÈME

I — FIÈVRE

II — BOSSU, BORGNE, BOITEUX

III — SOURD

IV — GRÈS ET CRISTAL

V — LA CLEF DE LA PORTE-ROUGE

VI — SUITE DE LA CLEF DE LA PORTE-ROUGE

LIVRE DIXIÈME

I — GRINGOIRE A PLUSIEURS BONNES IDÉES DE SUITE RUE DES BERNARDINS

II — FAITES-VOUS TRUAND

III — VIVE LA JOIE!

IV — UN MALADROIT AMI

V — LE RETRAIT OÙ DIT SES HEURES MONSIEUR LOUIS DE FRANCE

VI — PETITE FLAMBE EN BAGUENAUD

VII — CHATEAUPERS À LA RESCOUSSE!

LIVRE ONZIÈME

I — LE PETIT SOULIER

II — «LA CREATURA BELLA BIANCO VESTITA» (DANTE)

III — MARIAGE DE PHŒBUS

IV — MARIAGE DE QUASIMODO

COLOPHON

PRÉFACE

Il y a quelques an­nées qu’en vi­si­tant, ou, pour mieux dire, en fu­re­tant Notre-Dame, l’au­teur de ce livre trou­va,
dans un re­coin obs­cur de l’une des tours ce mot, gra­vé à la main sur le mur:
ἈΝΆΓΚΗ.
Ces ma­jus­cules grecques, noires de vé­tusté et as­sez pro­fon­dé­ment en­taillées dans la pierre,
je ne sais quels signes propres à la calli­gra­phie go­thique em­preints dans leurs formes et dans leurs at­ti­tudes, comme pour ré­véler que c’était une main du moyen âge
qui les avait écrites là, sur­tout le sens lu­gubre et fa­tal qu’elles ren­ferment, frap­pèrent vi­ve­ment l’au­teur.
Il se de­man­da, il cher­cha à de­vi­ner quelle pou­vait être l’âme en peine
qui n’avait pas vou­lu quit­ter ce monde sans lais­ser ce stig­mate de crime ou de mal­heur au front de la vieille église.
De­puis, on a ba­di­geon­né ou grat­té (je ne sais plus le­quel) le mur, et l’ins­crip­tion a dispa­ru.
Car c’est ain­si qu’on agit de­puis tan­tôt deux cents ans avec les mer­veilleuses églises du moyen âge.
Les mu­ti­la­tions leur viennent de toutes parts, du de­dans comme du de­hors.
Le prêtre les ba­di­geonne, l’archi­tecte les gratte, puis le peuple sur­vient, qui les dé­mo­lit.
Ain­si, hormis le fra­gile souvenir que lui consacre ici l’au­teur de ce livre,
il ne reste plus rien au­jourd’hui du mot mysté­rieux gra­vé dans la sombre tour de Notre-Dame,
rien de la desti­née in­con­nue qu’il résu­mait si mé­lan­co­li­que­ment.
L’homme qui a écrit ce mot sur ce mur s’est ef­fa­cé, il y a plu­sieurs siècles, du mi­lieu des gé­né­ra­tions,
le mot s’est à son tour ef­fa­cé du mur de l’église, l’église elle-même s’ef­fa­ce­ra bien­tôt peut-être de la terre.
C’est sur ce mot qu’on a fait ce livre.
Fé­vrier 1831.

LIVRE PREMIER

I — LA GRAND’SALLE

Il y a au­jourd’hui trois cent qua­rante-huit ans six mois et dix-neuf jours
que les Pa­ri­siens s’éveillèrent au bruit de toutes les cloches son­nant à grande vo­lée dans la triple en­ceinte de la Cité, de l’Uni­ver­si­té et de la Ville.
Ce n’est ce­pen­dant pas un jour dont l’histoire ait gar­dé souvenir que le 6 jan­vier 1482.
Rien de no­table dans l’événe­ment qui met­tait ain­si en branle, dès le ma­tin, les cloches et les bour­geois de Pa­ris.
Ce n’était ni un as­saut de Pi­cards ou de Bour­gui­gnons, ni une châsse me­née en pro­ces­sion,
ni une ré­volte d’éco­liers dans la vigne de Laas, ni une ent­rée de no­tre­dit très re­dou­té sei­gneur mon­sieur le roi,
ni même une belle pen­dai­son de lar­rons et de lar­ron­nesses à la Justice de Pa­ris.
Ce n’était pas non plus la sur­ve­nue, si fréquente au quin­zième siècle, de quelque am­bas­sade chamar­rée et em­pa­na­chée.
Il y avait à peine deux jours que la der­nière ca­val­cade de ce genre,
celle des am­bas­sa­deurs flamands char­gés de conclure le ma­riage entre le dau­phin et Mar­gue­rite de Flandre,
avait fait son ent­rée à Pa­ris, au grand en­nui de M. le car­di­nal de Bour­bon, qui, pour plaire au roi,
avait dû faire bonne mine à toute cette rustique co­hue de bourg­mestres flamands,
et les ré­ga­ler, en son hô­tel de Bour­bon, d’une moult belle mo­ra­li­té, so­tie et farce,
tan­dis qu’une pluie bat­tante inon­dait à sa porte ses ma­gni­fiques ta­pis­se­ries.
Le 6 jan­vier, ce qui met­toit en émo­tion tout le popu­laire de Pa­ris, comme dit Je­han de Troyes, c’était la double so­len­ni­té,
réunie de­puis un temps im­mé­mo­rial, du jour des Rois et de la Fête des Fous.
Ce jour-là, il de­vait y avoir feu de joie à la Grève, plan­ta­tion de mai à la cha­pelle de Braque et mys­tère au Palais de Justice.
Le cri en avait été fait la veille à son de trompe dans les car­re­fours, par les gens de M. le pré­vôt,
en beaux ho­que­tons de ca­me­lot vio­let, avec de grandes croix blanches sur la poi­trine.
La foule des bour­geois et des bour­geoises s’ache­mi­nait donc de toutes parts dès le ma­tin, mai­sons et boutiques fer­mées, vers l’un des trois en­droits dé­si­g­nés.
Cha­cun avait pris par­ti, qui pour le feu de joie, qui pour le mai, qui pour le mys­tère.
Il faut dire, à l’éloge de l’antique bon sens des ba­dauds de Pa­ris,
que la plus grande par­tie de cette foule se di­ri­geait vers le feu de joie, le­quel était tout à fait de sai­son,
ou vers le mys­tère, qui de­vait être re­présen­té dans la grand-salle du Palais bien cou­verte et bien close,
et que les cu­rieux s’ac­cor­daient à lais­ser le pauvre mai mal fleu­ri gre­lot­ter tout seul sous le ciel de jan­vier dans le ci­me­tière de la cha­pelle de Braque.
Le peuple af­fluait sur­tout dans les ave­nues du Palais de Justice, parce qu’on sa­vait que les am­bas­sa­deurs flamands,
ar­ri­vés de la sur­veille, se pro­po­saient d’as­sister à la re­présen­ta­tion du mys­tère
et à l’élec­tion du pape des fous, la­quelle de­vait se faire éga­le­ment dans la grand-salle.
Ce n’était pas chose ai­sée de pé­né­trer ce jour-là dans cette grand-salle, ré­pu­tée ce­pen­dant alors la plus grande en­ceinte cou­verte qui fût au monde
(il est vrai que Sau­val n’avait pas en­core me­suré la grande salle du châ­teau de Mon­tar­gis).
La place du Palais, en­com­brée de peuple, of­frait aux cu­rieux des fe­nêtres l’aspect d’une mer,
dans la­quelle cinq ou six rues, comme au­tant d’em­bou­chures de fleuves, dé­gor­geaient à chaque instant de nou­veaux flots de têtes.
Les ondes de cette foule, sans cesse gros­sies, se heur­taient aux angles des mai­sons
qui s’avan­çaient çà et là, comme au­tant de pro­mon­toires, dans le bas­sin ir­ré­gu­lier de la place.
Au centre de la haute fa­çade go­thique du Palais, le grand esca­lier, sans re­lâche re­mon­té et descen­du par un double cou­rant
qui, après s’être bri­sé sous le per­ron inter­mé­diaire, s’épan­dait à larges vagues sur ses deux pentes la­té­rales,
le grand esca­lier, dis-je, ruis­se­lait in­ces­sam­ment dans la place comme une cascade dans un lac.
Les cris, les rires, le trépi­gne­ment de ces mille pieds fai­saient un grand bruit et une grande clameur.
De temps en temps cette clameur et ce bruit re­dou­blaient, le cou­rant
qui pous­sait toute cette foule vers le grand esca­lier re­brous­sait, se trou­blait, tour­billon­nait.
C’était une bour­rade d’un archer ou le che­val d’un ser­gent de la pré­vô­té qui ruait pour ré­ta­blir l’ordre;
ad­mi­rable tradi­tion que la pré­vô­té a lé­guée à la conné­ta­blie,
la conné­ta­blie à la ma­ré­chaus­sée, et la ma­ré­chaus­sée à notre gen­darme­rie de Pa­ris.
Aux portes, aux fe­nêtres, aux lu­carnes, sur les toits, fourmillaient des milliers de bonnes fi­gures bour­geoises, calmes et hon­nêtes, re­gar­dant le palais,
re­gar­dant la co­hue, et n’en de­man­dant pas da­van­tage;
car bien des gens à Pa­ris se contentent du spec­tacle des spec­ta­teurs,
et c’est déjà pour nous une chose très cu­rieuse qu’une mu­raille der­rière la­quelle il se passe quelque chose.
S’il pou­vait nous être don­né à nous, hommes de 1830, de nous mê­ler en pen­sée à ces Pa­ri­siens du quin­zième siècle et d’entrer avec eux,
ti­raillés, cou­doyés, culbu­tés, dans cette im­mense salle du Palais,
si étroite le 6 jan­vier 1482, le spec­tacle ne se­rait ni sans in­té­rêt ni sans charme,
et nous n’au­rions au­tour de nous que des choses si vieilles qu’elles nous sem­ble­raient toutes neuves.

Victor Hugo
Notre-Dame de Paris
Bilingual Edition
Translated by Isabel F. Hapgood

This is an enhanced ebook. Click or tap on the text to display the translation.

Both the original work and the translation are in the public domain. All rights for the aligned bilingual editions and for the amended translations are owned by Doppeltext.

We offer many other innovative bilingual titles. Visit www.doppeltext.com to learn more.

We welcome your feedback and questions.

Doppeltext
Igor Kogan & Tatiana Zelenska
Karwendelstr. 25
81369 Munich
Germany
+49-89-76 75 55 34
www.doppeltext.com
info@doppeltext.com