Prosper

Mérimée

Carmen

Translated by Lady Mary Loyd
Alignment and Amendments © Doppeltext 2012

TITLE PAGE

CHAPITRE I

CHAPITRE II

CHAPITRE III

CHAPITRE IV

COLOPHON

Πᾶσα γυνὴ χόλος ἐστίν. ἔχει δ᾿ ἀγαθὰς δύο ὥρας.
Τὴν μίαν ἐν θαλάμῳ, τὴν μίαν ἐν θανάτῳ.
[Toute femme est comme le fiel;
mais elle a deux bonnes heures, une au lit, l’autre à sa mort.]

Pal­la­das

CHAPITRE I

J’avais tou­jours soup­çon­né les géo­graphes de ne sa­voir ce qu’ils disent
lors­qu’ils placent le champ de ba­taille de Mun­da dans le pays des Bas­tu­li-Pœni,
près de la mo­derne Mon­da, à quelque deux lieues au nord de Mar­bel­la.
D’après mes propres conjec­tures sur le texte de l’ano­nyme, au­teur du Bellum Hispaniense,
et quelques ren­sei­gne­ments re­cueillis dans l’ex­cel­lente bi­blio­thèque du duc d’Os­su­na,
je pensais qu’il fal­lait cher­cher aux en­vi­rons de Mon­tilla le lieu mé­mo­rable où, pour la der­nière fois, Cé­sar joua quitte ou double contre les cham­pions de la ré­pu­blique.
Me trou­vant en An­da­lou­sie au commen­ce­ment de l’au­tomne de 1830,
je fis une as­sez longue ex­cur­sion pour éclaircir les doutes qui me res­taient en­core.
Un mé­moire que je pu­blie­rai pro­chai­ne­ment ne lais­se­ra plus, je l’es­père, au­cune in­cer­ti­tude dans l’es­prit de tous les arc­héo­logues de bonne foi.
En at­ten­dant que ma dis­ser­ta­tion ré­solve en­fin le prob­lème géo­gra­phique
qui tient toute l’Eu­rope sa­vante en suspens, je veux vous ra­con­ter une pe­tite histoire;
elle ne pré­juge rien sur l’in­téres­sante question de l’em­pla­ce­ment de Mun­da.
J’avais loué à Cor­doue un guide et deux che­vaux,
et m’étais mis en cam­pagne avec les Commen­taires de Cé­sar et quelques che­mises pour tout ba­gage.
Cer­tain jour, er­rant dans la par­tie éle­vée de la plaine de Ca­che­na,
ha­ras­sé de fa­tigue, mou­rant de soif, brû­lé par un so­leil de plomb, je don­nais au diable de bon cœur Cé­sar et les fils de Pom­pée,
lorsque j’aper­çus as­sez loin du sen­tier que je suivais, une pe­tite pe­louse verte par­se­mée de joncs et de ro­seaux.
Cela m’an­non­çait le voi­si­nage d’une source.
En ef­fet, en m’ap­pro­chant, je vis que la pré­ten­due pe­louse était un ma­ré­cage
où se per­dait un ruis­seau, sor­tant, comme il sem­blait, d’une gorge étroite entre deux hauts contre­forts de la sier­ra de Ca­bra.
Je conclus qu’en re­mon­tant je trou­ve­rais de l’eau plus fraîche,
moins de sang­sues et de gre­nouilles, et peut-être un peu d’ombre au mi­lieu des ro­chers.
À l’ent­rée de la gorge, mon che­val hen­nit, et un autre che­val, que je ne voyais pas, lui ré­pon­dit aus­si­tôt.
À peine eus-je fait une cen­taine de pas que la gorge, s’élar­gis­sant tout à coup,
me montra une es­pèce de cirque na­tu­rel par­fai­te­ment om­bra­gé par la hau­teur des escar­pe­ments qui l’en­tou­raient.
Il était impos­sible de ren­con­trer un lieu qui pro­mit au voya­geur une halte plus agréable.
Au pied de ro­chers à pic, la source s’élan­çait en bouillon­nant, et tom­bait dans un pe­tit bas­sin ta­pis­sé d’un sable blanc comme la neige.
Cinq à six beaux chênes verts, tou­jours à l’abri du vent et ra­fraî­chis par la source,
s’éle­vaient sur ses bords, et la cou­vraient de leur épais om­brage;
en­fin, au­tour du bas­sin, une herbe fine, lus­t­rée, of­frait un lit meilleur qu’on n’en eût trou­vé dans au­cune au­berge à dix lieues à la ronde.
À moi n’appar­te­nait pas l’hon­neur d’avoir dé­cou­vert un si beau lieu. Un homme s’y re­po­sait déjà, et sans doute dor­mait, lorsque j’y pé­né­trai.
Ré­veillé par les hen­nis­se­ments, il s’était levé, et s’était rap­pro­ché de son che­val,
qui avait pro­fi­té du sommeil de son maître pour faire un bon re­pas de l’herbe aux en­vi­rons.
C’était un jeune gaillard de taille moyenne, mais d’apparence ro­buste, au re­gard sombre et fier.
Son teint, qui avait pu être beau, était de­ve­nu, par l’ac­tion du so­leil, plus fon­cé que ses che­veux.
D’une main il te­nait le li­col de sa mon­ture, de l’autre une espin­gole de cuivre.
J’avoue­rai que d’abord l’espin­gole et l’air fa­rouche du por­teur me sur­prirent quelque peu;
mais je ne croyais plus aux vo­leurs, à force d’en en­tendre par­ler et de n’en ren­con­trer jamais.
D’ailleurs, j’avais vu tant d’hon­nêtes fermiers s’armer jus­qu’aux dents pour al­ler au marc­hé,
que la vue d’une arme à feu ne m’au­to­ri­sait pas à mettre en doute la mo­ra­li­té de l’in­con­nu.
«Et puis, me di­sais-je, que fe­rait-il de mes che­mises et de mes Commen­taires El­vé­zir?»
Je sa­luai donc l’homme à l’espin­gole d’un signe de tête fa­mi­lier, et je lui de­man­dai en sou­riant si j’avais trou­blé son sommeil.
Sans me ré­pondre, il me toi­sa de la tête aux pieds;
puis, comme sa­tis­fait de son exa­men, il consi­dé­ra avec la même at­ten­tion mon guide, qui s’avan­çait.
Je vis ce­lui-ci pâ­lir et s’ar­rê­ter en montrant une ter­reur évi­dente. Mau­vaise ren­contre! me dis-je.
Mais la prudence me conseilla aus­si­tôt de ne lais­ser voir au­cune in­quié­tude.
Je mis pied à terre; je dis au guide de dé­bri­der, et, m’age­nouillant au bord de la source, j’y plon­geai ma tête et mes mains;
puis je bus une bonne gor­gée, cou­ché à plat ventre, comme les mau­vais sol­dats de Gé­déon.

Prosper Mérimée
Carmen
Bilingual Edition
Translated by Lady Mary Loyd

This is an enhanced ebook. Click or tap on the text to display the translation.

Both the original work and the translation are in the public domain. All rights for the aligned bilingual editions and for the amended translations are owned by Doppeltext.

We offer many other innovative bilingual titles. Visit www.doppeltext.com to learn more.

We welcome your feedback and questions.

Doppeltext
Igor Kogan & Tatiana Zelenska
Karwendelstr. 25
81369 Munich
Germany
+49-89-76 75 55 34
www.doppeltext.com
info@doppeltext.com