Honoré de

Balzac

La Grenadière

Die Grenadière

Übersetzt von Hugo Kaatz
Synchronisation und Ergänzungen © Doppeltext 2012

TITELBLATT

LA GRENADIÈRE

IMPRESSUM

La Gre­na­dière est une pe­tite ha­bi­ta­tion si­tuée sur la rive droite de la Loire,
en aval et à un mille en­vi­ron du pont de Tours.
En cet en­droit, la ri­vière, large comme un lac, est par­se­mée d’îles vertes
et bor­dée par une roche sur la­quelle sont as­sises plu­sieurs mai­sons de cam­pagne, toutes bâ­ties en pierre blanche,
en­tou­rées de clos de vigne et de jar­dins où les plus beaux fruits du monde mû­rissent à l’ex­po­si­tion du midi.
Pa­tiem­ment ter­ras­sés par plu­sieurs gé­né­ra­tions, les creux du ro­cher ré­flé­chissent les rayons du so­leil,
et permettent de culti­ver en pleine terre, à la fa­veur d’une tempéra­ture fac­tice, les pro­duc­tions des plus chauds cli­mats.
Dans une des moins pro­fondes an­frac­tuo­si­tés qui dé­coupent cette colline s’élève la flèche ai­guë de Saint-Cyr, pe­tit vil­lage du­quel dé­pendent toutes ces mai­sons éparses.
Puis, un peu plus loin, la Choi­sille se jette dans la Loire par une grasse val­lée qui inter­rompt ce long co­teau.
La Gre­na­dière, sise à mi-côte du ro­cher, à une cen­taine de pas de l’église, est un de ces vieux lo­gis âgés de deux ou trois cents ans
qui se ren­contrent en Tou­raine dans chaque jo­lie si­tua­tion.
Une cas­sure de roc a fa­vo­ri­sé la construc­tion d’une rampe qui ar­rive en pente douce sur la le­vée,
nom don­né dans le pays à la digue éta­blie au bas de la côte pour maintenir la Loire dans son lit,
et sur la­quelle passe la grande route de Pa­ris à Nantes.
En haut de la rampe est une porte, où commence un pe­tit che­min pier­reux, mé­na­gé entre deux ter­rasses,
es­pèces de for­ti­fi­ca­tions gar­nies de treilles et d’espa­liers, desti­nées à em­pê­cher l’ébou­le­ment des terres.
Ce sen­tier pra­ti­qué au pied de la ter­rasse su­pé­rieure,
et presque ca­ché par les arbres de celle qu’il cou­ronne, mène à la mai­son par une pente ra­pide,
en lais­sant voir la ri­vière dont l’éten­due s’agrandit à chaque pas.
Ce che­min creux est termi­né par une se­conde porte de style go­thique, cin­trée, char­gée de quelques or­ne­ments simples
mais en ruines, cou­vertes de gi­ro­flées sau­vages, de lierres, de mousses et de pa­rié­taires.
Ces plantes in­destruc­tibles dé­corent les murs de toutes les ter­rasses,
d’où elles sortent par la fente des as­sises, en des­si­nant à chaque nou­velle sai­son de nou­velles guir­landes de fleurs.
En fran­chis­sant cette porte ver­mou­lue, un pe­tit jar­din,
conquis sur le ro­cher par une der­nière ter­rasse dont la vieille ba­lus­trade noire do­mine toutes les autres,
offre à la vue son ga­zon orné de quelques arbres verts et d’une mul­ti­tude de ro­siers et de fleurs.
Puis, en face du por­tail, à l’autre ext­rémi­té de la ter­rasse, est un pavillon de bois ap­puyé sur le mur voi­sin,
et dont les po­teaux sont ca­chés par des jas­mins, des chèvre­feuilles, de la vigne et des clé­ma­tites.
Au mi­lieu de ce der­nier jar­din, s’élève la mai­son sur un per­ron voû­té,
cou­vert de pampres, et sur le­quel se trouve la porte d’une vaste cave creu­sée dans le roc.
Le lo­gis est en­tou­ré de treilles et de gre­na­diers en pleine terre, de là vient le nom don­né à cette clo­se­rie.
La fa­çade est com­po­sée de deux larges fe­nêtres sé­pa­rées par une porte bâ­tarde très-rustique,
et de trois mansardes prises sur un toit d’une élé­va­tion pro­di­gieuse re­la­ti­ve­ment au peu de hau­teur du rez-de-chaus­sée.
Ce toit à deux pi­gnons est cou­vert en ar­doises. Les murs du bâ­ti­ment princi­pal sont peints en jaune;
et la porte, les contre­vents d’en bas, les per­siennes des mansardes sont vertes.

Honoré de Balzac
La Grenadière / Die Grenadière
Zweisprachige Ausgabe
Übersetzt von Hugo Kaatz

Dies ist ein interaktives E-Book. Klicken Sie auf den Text, um die Übersetzung einzublenden.

Der Originaltext und die Übersetzung sind gemeinfrei. Die Rechte für die synchronisierte zweisprachige Ausgabe und für die von uns in der Übersetzung ergänzten Textpassagen liegen bei Doppeltext.

Unser Programm umfasst viele weitere zweisprachige Titel. Besuchen Sie www.doppeltext.com, um mehr zu erfahren.

Wir freuen uns auf Ihre Meinung und Kritik.

Doppeltext
Igor Kogan & Tatiana Zelenska
Karwendelstr. 25
D-81369 München
Tel. +49-89-76 75 55 34
www.doppeltext.com
info@doppeltext.com