Guy de

Maupassant

Contes du Jour et de la Nuit

Tag- und Nachtgeschichten

Übersetzt von Georg Freiherr von Ompteda
Synchronisation und Ergänzungen © Doppeltext 2012

TITELBLATT

LE CRIME AU PÈRE BONIFACE

ROSE

LE PÈRE

L’AVEU

LA PARURE

LE BONHEUR

LE VIEUX

UN LÂCHE

L’IVROGNE

UNE VENDETTA

COCO

LA MAIN

LE GUEUX

UN PARRICIDE

LE PETIT

LA ROCHE AUX GUILLEMOTS

TOMBOUCTOU

HISTOIRE VRAIE

ADIEU

SOUVENIR

LA CONFESSION

IMPRESSUM

LE CRIME AU PÈRE BONIFACE

Ce jour-là le fac­teur Bo­ni­face, en sor­tant de la mai­son de poste, consta­ta que sa tour­née se­rait moins longue que de cou­tume, et il en res­sen­tit une joie vive.
Il était char­gé de la cam­pagne au­tour du bourg de Vi­re­ville, et, quand il re­ve­nait, le soir, de son long pas fa­ti­gué,
il avait par­fois plus de qua­rante ki­lo­mètres dans les jambes.
Donc la distri­bu­tion se­rait vite faite; il pour­rait même flâ­ner un peu en route et rentrer chez lui vers trois heures de rele­vée. Quelle chance!
Il sor­tit du bourg par le che­min de Sen­ne­mare et commen­ça sa be­sogne.
On était en juin, dans le mois vert et fleu­ri, le vrai mois des plaines.
L’homme, vêtu de sa blouse bleue et coif­fé d’un képi noir à ga­lon rouge,
tra­ver­sait, par des sen­tiers étroits, les champs de col­za, d’avoine ou de blé, en­se­ve­li jus­qu’aux épaules dans les ré­coltes;
et sa tête, pas­sant au-des­sus des épis, sem­blait flot­ter sur une mer calme et ver­doyante qu’une brise lé­gère fai­sait mol­le­ment on­du­ler.
Il entrait dans les fermes par la bar­rière de bois plan­tée dans les ta­lus qu’om­bra­geaient deux ran­gées de hêtres,
et sa­luant par son nom le pay­san: «Bon­jour, mait’Chi­cot»,
il lui ten­dait son jour­nal le Pe­tit Nor­mand. Le fermier es­suyait sa main à son fond de cu­lotte,
re­ce­vait la feuille de papier et la glis­sait dans sa poche pour la lire à son aise après le re­pas de midi.
Le chien, logé dans un ba­ril, au pied d’un pom­mier pen­chant, jappait avec fu­reur en ti­rant sur sa chaîne;
et le pié­ton, sans se re­tour­ner, re­par­tait de son allure mi­li­taire, en al­lon­geant ses grandes jambes,
le bras gauche sur sa sa­coche, et le droit manœuvrant sur sa canne qui marc­hait comme lui d’une fa­çon conti­nue et pres­sée.
Il distri­bua ses im­pri­més et ses lettres dans le ha­meau de Sen­ne­mare, puis il se re­mit en route à tra­vers champs
pour por­ter le cour­rier du per­cep­teur qui ha­bi­tait une pe­tite mai­son iso­lée à un ki­lo­mètre du bourg.
C’était un nou­veau per­cep­teur, M. Cha­pa­tis, ar­ri­vé la se­maine der­nière, et ma­rié de­puis peu.
Il re­ce­vait un jour­nal de Pa­ris, et, par­fois le fac­teur Bo­ni­face,
quand il avait le temps, je­tait un coup d’œil sur l’im­pri­mé, avant de le re­mettre au desti­na­taire.
Donc, il ou­vrit sa sa­coche, prit la feuille, la fit glis­ser hors de sa bande, la dé­plia, et se mit à lire tout en marc­hant.
La pre­mière page ne l’in­téres­sait guère; la po­li­tique le lais­sait froid;
il pas­sait tou­jours la fi­nance, mais les faits di­vers le pas­sion­naient.
Ils étaient très nour­ris ce jour-là. Il s’émut même si vi­ve­ment au récit d’un crime ac­com­pli dans le lo­gis d’un garde-chasse,
qu’il s’ar­rê­ta au mi­lieu d’une pièce de trèfle, pour le relire len­te­ment.
Les dé­tails étaient af­freux. Un bû­che­ron, en pas­sant au ma­tin au­près de la mai­son fo­restière, avait re­mar­qué un peu de sang sur le seuil, comme si on avait sai­gné du nez.
«Le garde aura tué quelque la­pin cette nuit», pensa-t-il;
mais en ap­pro­chant il s’aper­çut que la porte de­meu­rait ent­rou­verte et que la ser­rure avait été bri­sée.

Guy de Maupassant
Contes du Jour et de la Nuit / Tag- und Nachtgeschichten
Zweisprachige Ausgabe
Übersetzt von Georg Freiherr von Ompteda

Dies ist ein interaktives E-Book. Klicken Sie auf den Text, um die Übersetzung einzublenden.

Der Originaltext und die Übersetzung sind gemeinfrei. Die Rechte für die synchronisierte zweisprachige Ausgabe und für die von uns in der Übersetzung ergänzten Textpassagen liegen bei Doppeltext.

Unser Programm umfasst viele weitere zweisprachige Titel. Besuchen Sie www.doppeltext.com, um mehr zu erfahren.

Wir freuen uns auf Ihre Meinung und Kritik.

Doppeltext
Igor Kogan & Tatiana Zelenska
Karwendelstr. 25
D-81369 München
Tel. +49-89-76 75 55 34
www.doppeltext.com
info@doppeltext.com